Chapitre 1 - L'appel au secours d'une maman

pers-Kcie-Moscou-001

Comme souvent, quand j'avais un moment pour jouer avant le dîner, je me postais derrière la baie vitrée du salon pour regarder au loin ces 4 petites lumières, qui n'étaient autres que Monsieur Kakouk et sa famille, et que j'avais appris à connaître peu à peu, soir après soir. Je restais ainsi, immobile, et au bout de quelques minutes, Monsieur Kakouk me parlait. J'ignorais encore quelle aventure il allait me faire vivre lorsqu'il s'adressa à moi, ce soir de décembre.

  • Bonjour Éliot, tu as l'air bien songeur. Je vois que tu as joliment décoré le sapin. Mais as-tu fait ta lettre au père Noël ?
  • Je voudrais bien un chien, mais mes parents veulent pas. Alors pour le moment, j'ai pas d'autre idée.
  • Et si je te racontais une belle histoire, qui se passerait au pays de la neige et du froid ?
  • Oh oui, Monsieur Kakouk ! Tu sais que j'adore tes histoires.
  • Alors, allons-y...

Une petite coccinelle, prénommée Karmeille, se balançait dans un fauteuil sculpté dans une coque de noisette en regardant son tout petit poste de télévision. Elle avait des cils aussi longs que ses ailes, et toujours un large sourire qui lui mangeait le visage. Et surtout, elle était magicienne.

Ce soir-là, alors qu'elle regardait les informations sur une chaîne russe, elle entendit une drôle de nouvelle. Une petite fille de 5 ans, prénommée Natacha, était atteinte d'une maladie rare qui l'empêchait de marcher. Sa maman disait avoir fait un rêve. Et dans ce rêve, elle avait vu l'élixir qui pourrait sauver sa fille. Il existait, quelque part, elle en était sûre, mais elle ne savait pas où. Alors, elle lançait un appel désespéré à la télévision, pensant que peut-être, quelqu'un l'entendrait et pourrait l'aider. Mais elle n'était pas vraiment prise au sérieux ; les gens pensaient que les rêves ne disent jamais la vérité.

Karmeille, elle, qui croyait aux forces magiques, avait tout de suite pensé que si cette maman avait fait ce rêve, le fameux élixir existait sûrement.

Elle prit immédiatement son tout petit téléphone, et appela un à un ses amis de la K compagnie pour leur proposer de se retrouver dès le lendemain au petit déjeuner pour discuter de cette affaire au plus vite.

C'est Kalico qui arriva le premier, les bras chargés de croissants : trois de taille normale et un tout petit pour Karmeille, qui aurait risqué de s'étouffer autrement.

Karmeille vola jusqu'au visage de Kalico et se posa sur une branche de ses lunettes. Kalico était un peu le cerveau de la K compagnie. Il n'était jamais à court d'idées et comprenait toujours très vite ce qui se passait autour de lui. Par contre, il donnait toujours l'impression de s'être coiffé avec un clou, tant il avait les cheveux en pétard.

Puis, ce fut au tour de Kapeyo et Kahouette de rejoindre la fine équipe. Kapeyo était un grand gars costaud, sans un poil sur le caillou, contrairement à son complice, Kalico. Il avait l'air un peu gauche, mais il était très calme et réfléchi au fond, comme le sont souvent les sportifs.

Quant à Kahouette, c'était un petit brin de fille potelée, douce et drôle, et qui ne sortait jamais sans ses couettes et sans ses patins à roulettes. Elle avait aussi de grands yeux étonnés et un joli minois.

  • Alors Karmeille, dis-nous tout, commença Kapeyo.
  • J'ai regardé la télévision russe hier soir, vous savez que j'aime bien faire le tour du monde derrière mon poste de télé.
  • Sacrée Karmeille, tu ne changeras pas, lança Kahouette.
  • Il y a une petite fille, là-bas à Moscou, qui ne peut plus marcher. Elle est très malade et sa maman dit qu'il existe un élixir qui pourrait la guérir, mais elle ne sait pas où le trouver.
  • Et tu t'imagines qu'on va être capables de retrouver cet élixir, je suppose ? demanda Kalico.
  • On peut au moins essayer. J'ai noté le numéro de téléphone de la maman. Elle pourra certainement nous en dire plus que ce qu'elle a déjà raconté à la télé. Et voici une chapka, des chaussures de neige et un bon manteau pour chacun, dit-elle tout en papillonnant des cils.

Et en effet, quatre équipements complets apparurent sous les yeux de nos petits enquêteurs. Il ne leur restait plus qu'à régler leurs montres sur l'heure russe. Ces montres de voyage étaient équipées d'une fonction spéciale qui leur permettait de comprendre instantanément la langue du pays où ils se trouvaient, mais aussi de la parler en ayant l'impression de s'exprimer dans leur langue maternelle. Sans cela, la K compagnie n'aurait jamais pu accomplir toutes ses missions à travers le monde.

Et puis, ils avaient aussi leurs bouteilles à propulsion, qu'ils portaient comme un sac à dos. Ça ressemblait aux bouteilles que les plongeurs utilisent pour pouvoir respirer sous l'eau, mais au lieu de ça, ça permettait de voler. Grâce à ces bouteilles à propulsion, la K compagnie pouvait se rendre à destination aussi vite qu'une fusée. Par contre, il ne s'agissait pas de voler avant le coucher du soleil, au risque d'alerter les forces de Police. On les aurait certainement pris pour des extra-terrestres et peut-être même enfermés, dans ce monde qui ne croit pas aux forces magiques. Alors, il fallait rester discret.

Nos complices n'étaient pas contre un voyage à Moscou. En vérité, ils étaient toujours partants pour vivre de nouvelles aventures. Et puis, on ne pouvait rien refuser à Karmeille lorsqu'elle faisait papillonner ses yeux de biche...

Mais ne vous y trompez pas, ce n'est pas parce qu'elle était magicienne que tout était facile pour nos amis. En fait, elle disait que la magie devait être le dernier recours, quand toutes les autres possibilités ont été épuisées. Alors, il ne suffisait pas d'appeler Karmeille à la rescousse dès qu'un problème se présentait. Heureusement, nos enquêteurs se montraient pleins de ressources, même dans les situations les plus difficiles. Grâce à leur intelligence, leur humour, leur force et bien d'autres qualités encore, ils arrivaient à accomplir les plus belles missions, parce qu'ils étaient unis et qu'à plusieurs on peut faire de grandes choses. Eh oui, en additionnant tout ce que chacun est capable de faire, c'est bien plus facile pour trouver des solutions !

C'est ainsi que la K compagnie entreprit de voler au secours d'une petite fille, au pays du froid, à 2500 kilomètres de Paris.

  • Lisa ! Éliot ! Maxime ! Allez, tout le monde à table !
  • Va, petit Éliot. On t'attend pour dîner. On se retrouve demain pour la suite de l'histoire ?
  • Oh oui, j'ai hâte de connaître la suite ! À demain, Monsieur Kakouk.
  • À demain, petit.

Enfants / Des histoires pour rêver / Les aventures de Monsieur Kakouk – Read and Fly © Lecture d'histoires et contes pour enfants. Littérature jeunesse sur les voyages, l'aventure et l'imaginaire.

TEXTES Fany Sarenzo - histoires pour enfants - read and fly

ILLUSTRATIONS PONPON - histoires pour enfants - read and fly