Les bobos passent, les souvenirs restent

Maman dit qu'il y a des séries comme ça où quand un enfant a cessé d'être malade, c'est l'autre qui prend le relai. C'est ce qui est arrivé dans notre famille l'hiver dernier.

Ça a commencé avec moi et ce n’était pas de la rigolade. J'ai dû me faire opérer des amygdales ; c'était mon premier séjour à l'hôpital. La veille, je devenais de plus en plus inquiet :

  • Maman, comment ça se passera s'ils arrivent pas à m'endormir ?
  • Il n'y a pas de risque. L'infirmière te mettra un masque sur le visage en te tenant gentiment la main, et tu respireras un gaz qui t'endormira en quelques secondes. Tu te sentiras d'abord tout mou et très fatigué, et tu auras l'impression de partir pour un doux rêve, et puis plus rien. Tu ne verras plus, n'entendras plus et ne sentiras plus rien.
  • Et ils vont prendre un couteau pour m'opérer ?
  • Bien sûr que non, ils utilisent des petits outils fabriqués exprès pour les opérations et qui permettent d'enlever juste ce qui fait mal sans abîmer le reste. Et les docteurs font ce travail avec beaucoup de soin ; ils sont nombreux en salle d'opération et chacun sait ce qu'il a à faire.
  • Et tu seras avec moi ?
  • Non, il n'y a que les docteurs et le personnel médical qui ont le droit d'entrer dans le bloc opératoire avec le malade. Mais comme je te l'ai expliqué, j'ai pris ma matinée pour t'accompagner à l'hôpital et rester avec toi jusqu'à l'opération. Papa, lui, a posé son après-midi pour être à l'hôpital pendant le temps de l'opération, et surtout être près de toi quand tu te réveilleras dans ta chambre une fois l'opération terminée.
  • Et j'aurai mal ?
  • Tu auras mal dans le fond de la gorge au réveil en effet, mais Papa sera à côté de toi quand tu ouvriras les yeux. Et tu auras des menus « spécial amygdales » qui t'aideront à avoir moins mal. On ne te donnera que des glaces ; au début, c'est tout ce que tu pourras avaler.
  • Chouette ! J'adore les glaces !

Le lendemain, tout se passa comme Maman me l'avait expliqué sauf qu'elle avait fait une petite provision de livres et de coloriages pour emmener à l'hôpital. Ça, c'était une surprise, pour que je ne m’ennuie pas avant l'opération.

L'infirmière avait été très gentille et m'avait tenu la main comme promis. Puis, je m'étais senti tout bizarre avec le masque et je m'étais endormi très vite.

Et quand j'ai ouvert les yeux dans ma chambre après l'opération, je me sentais encore tout bizarre. Mais quand j'ai vu Papa, j'ai eu tout de suite envie de parler même si j'avais très mal dans la gorge.

  • Salut Papa, j'ai fait un rêve. Je me suis envolé comme un oiseau et là je crois que je pourrais voler encore.
  • C'est vrai ? Et comment c'était ?
  • C'était trop bien, j'étais tout léger. Je peux me lever ?
  • Pas tout de suite Éliot. Tu viens de te faire opérer. Tout s'est bien passé, tu as été très courageux, mais maintenant tu dois te reposer. C'est ce qu'a dit le docteur et pour guérir vite, il faut suivre ses instructions.
  • D'accord, alors tu me lis une histoire ?

Papa a alors commencé à faire la lecture et puis je me suis endormi. Quand j'ai ouvert les yeux pour la seconde fois, Maman était là avec Maxime et Lisa et aussi un cadeau. Ils me souriaient tous ; même Maxime était bien sage sur les genoux de Maman.

J'étais de retour à la maison dès le lendemain après-midi après une nuit passée tout seul à l'hôpital ; c'est Maman qui est venue me chercher.

Le surlendemain, alors que je n'avais pas encore repris l'école et que Maman devait me garder, c'est Papa qui était scotché au lit avec de la fièvre. Maman lui a dit :

  • Écoute chéri, ça tombe plutôt bien en fait. C'est un peu tendu au bureau alors je préfère annuler mon congé. Toi tu restes à la maison avec Éliot, j'appelle le docteur Guéritou qui passera dans la matinée, et je dépose Maxou et Lisa. Et je demanderai à la voisine qu'elle récupère les enfants à 16 h 30 et qu'elle te les dépose. Ça ira ?
  • Très bien Madame, mais ne rentre pas trop tard, tu as deux malades à la maison.
  • OK, mais donne au moins son bain à Maxime et assure toi que Lisa fait ses devoirs et prend sa douche. Et n'oublie pas le goûter, enfin si tu oublies, ils n'oublieront pas eux.
  • Ça roule.

Avec Papa, on s'est bien amusés à la maison. On a alterné siestes, DVD et parties de 7 familles sur le canapé du salon et on s'est fait un plateau déjeuner jambon-pâtes. C'était trop bien !

En rentrant de l'école, Maxime s'est râpé le genou et notre voisine l'a ramené en larmes :

  • Pleuh, pleuh, bobo là, bobo là. Traduction : je pleure, je pleure, j'ai bobo là, j'ai bobo là.

Qu'il pleurait, on avait tous entendu, mais je ne sais pas pourquoi il faut toujours qu'il nous le fasse remarquer. La voisine était gênée :

  • Je suis désolée de vous le ramener dans cet état. Il a voulu courir et il a trébuché.
  • Ne vous inquiétez pas. Merci d'avoir ramené les enfants. On va mettre un beau pansement, hein Maxime ?
  • Fler Papa, fler.
  • Ah oui, je vais souffler et ça ira mieux. Bonne soirée Madame Martin et encore merci.
  • Bonne soirée. Au revoir les enfants.
  • Au revoir (en chœur).
  • Lisa, tu sais où Maman range les pansements ?
  • Ben oui, dans la boîte à bobos au-dessus de l'armoire à pharmacie.
  • La boîte à bobos... ah oui, j'ai trouvé. Maxou, regarde le beau pansement que j'ai trouvé pour te soigner. Ça y est, il est caché ton bobo, ça va mieux ?
  • Voi-voir bobo. Traduction : au revoir bobo.

Quand Maman est rentrée, tout était en ordre ; Papa avait préparé une omelette aux lardons pour le dîner.

  • Bonsoir chéri, bonsoir les enfants. Comment va tout ce petit monde ?
  • Très bien chérie, j'ai une bonne angine, je suis arrêté jusqu'à la fin de la semaine. Éliot va mieux et Maxime s'est fait un bobo, mais rien de grave.
  • Maman, moi je me sens pas bien, j'ai mal au ventre, annonça Lisa.
  • Eh bien, il ne manquait plus que toi. Tu es sûre ma chérie que ce n'est pas à cause de l'école ? Tu n'aurais pas un contrôle demain ?

En fait non, Lisa avait attrapé une bonne gastro, qu'elle a passée à toute la famille. Alors les problèmes de travail de Maman ont dû attendre ; on a tous fini la semaine en pyjama...

Enfants / Des histoires pour grandir / Les péripéties d'Éliot – Read and Fly © Lecture d'histoires et contes pour enfants. Livres jeunesse sur les angoisses, les souffrances et les questions des enfants aux stades de leur développement.

TEXTES Fany Sarenzo - histoires pour enfants - read and fly

ILLUSTRATIONS PONPON - histoires pour enfants - read and fly