Des histoires pour grandir... et d'autres pour rêver

Je m'appelle Éliot. Les aventures que j'ai décidé de te raconter sont les petits évènements de ma vie. En fait, j'avais envie de partager avec un enfant comme moi, mes découvertes, mes soucis et même mes grosses rigolades.

Mais avant de te raconter tout ça, il faut que tu saches que j'ai un ami imaginaire : il s'appelle Monsieur Kakouk. Il m'a souvent accompagné lorsque j'étais triste. Il a plein d’histoires dans sa besace, qu’il adore partager avec les enfants. Alors, quand j'ai besoin de rêver, c'est à lui que je fais appel : je suis son petit protégé. Et quand quelque chose ne va pas dans ma vraie vie, il me conseille toujours d'en parler à un plus grand en qui j'ai confiance. Le plus souvent, c'est Papa ou Maman bien sûr, mais ça peut être aussi ma grande sœur, ma tatie ou bien mes grands-parents. Et tu verras qu’on peut toujours arranger les choses quand on a quelqu’un à qui parler et prêt à vous aider.

À travers mes petites aventures, les enfants comme toi retrouveront leurs tracas quotidiens et ils comprendront mieux ce qui leur arrive. Ils verront ce qu’on peut faire, avec l’aide d’un plus grand que soi, pour que ça aille mieux.

Pour commencer, il faut que je te présente tout le monde. J'ai une famille unique, comme toutes les autres familles je crois. Mais je m'y sens bien et j'aime aussi beaucoup mon quartier avec l'école, la forêt, les voisins, le boulanger, et tout le reste. Alors, par la voix de ta maman, de ton papa, de ta baby-sitter, tatie, tonton, papi, mamie ou quelqu'un d'autre que tu aimes bien, je t'invite à la découverte de mon univers et de mes petits secrets...

Parlons de Maman d'abord, toujours pressée. Elle passe son temps à jongler entre son boulot dans les ordinateurs et nous trois ; je veux dire moi, ma grande sœur Lisa et mon petit frère Maxime. Alors avec cette maman, il faut insister quand on a besoin d'un câlin, mais moi j'insiste parce que c'est trop bien quand elle arrête tout, même cinq minutes, pour me serrer fort contre elle et me faire quelques papouilles.

Ensuite Papa, alors lui c'est un drôle. Pas le champion du rangement ni du ménage, mais il est toujours prêt pour une séance de bagarre ou pour faire des trucs nouveaux. Un week-end, il m'a emmené faire de la montgolfière au petit matin pendant que Maman gardait Maxime et que Lisa était invitée chez une copine. C'était trop chouette ! Et puis j'oubliais, son travail c'est de discuter avec des gens et de faire des bons dîners : il appelle ça les relations publiques. Je voudrais faire ça, moi aussi, comme métier plus tard.

Maxime, lui, il me casse les pieds. Il veut toujours mes jouets et les parents me demandent tout le temps de céder parce qu'il est petit, et moi ça m'énerve. Sinon, on rigole quand même, surtout quand on est à table et qu'il fait le clown avec plein de purée dans les cheveux. Qu'est-ce qu'il mange salement... Maman dit que c'est normal et que j'en faisais autant quand j'avais son âge, mais moi ça m'étonnerait. Elle ne doit plus bien se souvenir parce que les adultes ne mentent pas normalement, surtout Maman.

Ma grande sœur Lisa, maintenant. J'aime bien quand elle me laisse rentrer dans sa chambre et qu'elle s'occupe de moi. Parfois, elle me lit des histoires ou m'aide à m'habiller quand Maman est en retard. Mais certains jours, elle s'enferme dans sa chambre avec un panneau « Défense d'entrer ». Alors là, ce n’est même pas la peine d'insister. Papa dit qu'elle travaille dur pour l'école et qu'il faut la laisser tranquille. Moi je ne comprends pas, elle a toujours peur de rater alors qu'elle a les meilleures notes de la classe. Par contre, d'autres fois, le panneau, ce n’est pas parce qu'elle travaille, mais parce qu'elle invite des copines et qu'elles se racontent plein de secrets. Et là non plus, elle ne veut plus de moi.

Ensuite, il y a Paulo, mon meilleur copain. On se connait depuis la naissance ; il a toujours habité le quartier et moi aussi. Il est un peu dans la Lune ; Lisa dit qu'on dirait qu'il débarque de la planète Mars. Mais Paulo et moi on sera toujours amis, on se défend comme des frères dans la cour de récré. Il est aussi parfois un peu triste Paulo parce que son Papa ne vit plus avec lui et qu'il ne le voit pas très souvent.

Revenons à la famille avec Papi Nono et Mamie Choupette. Ces deux-là se chamaillent souvent, mais ils sont inséparables. Papi, lui, est un peu râleur. Heureusement qu'il a son jardin et son potager pour se détendre, parce que quand il allume la télé, il trouve toujours que tout est moche et bête. Mamie, elle, fait de la peinture, chante dans une chorale et fait du yoga ; ça la relaxe pour mieux supporter la mauvaise humeur de Papi. Mais avec moi, Papi, il ne bougonne pas. Il me raconte toutes les bêtises qu'il faisait quand il était petit, et toutes les blagues qu'il fait pour faire enrager Mamie... Et il m'a dit aussi que Mamie est la plus gentille parce que c'est la seule capable de le supporter. C'est beau l'amour !

Il y a aussi ma Tatie Léa, la sœur de Maman. Elle est toujours tranquille, pas stressée comme la plupart des grands, tu vois, mais elle a l'œil qui pétille. En fait, elle a gardé son âme d'enfant ; elle joue avec moi et j'ai l'impression qu'elle me comprend. Je ne la vois pas beaucoup pendant l'année parce qu'elle habite loin, mais on se retrouve tous les ans au bord de la mer pour les vacances d'été. Elle espère avoir un bébé bientôt avec son chéri. Moi, je ne suis pas pressé ; elle m'écoutera peut-être moins après ça parce qu'un bébé, ça occupe. Et puis elle deviendra sûrement gaga comme toutes les mamans, et ne saura plus prononcer que des areuh, gouzi-gouzi...

La plus belle du quartier c'est Joséphine, ma maîtresse préférée. Un vrai petit rayon de soleil, comme dit Papa. Il dit ça aussi pour taquiner Maman. À chaque fois, ça ne rate pas ! Elle réplique : « et moi, je suis quoi ? » Alors, il lui répond qu'elle est belle comme un arc-en-ciel après l'orage, et ça a l'air de lui faire plaisir, ma foi. En tout cas, avec Joséphine, c'est bonne humeur tous les jours. C'était ma maîtresse en maternelle, et maintenant c'est celle de Maxime. Quelle chance il a ! Avec elle, on fait de la gym, on chante, on fait des dessins qu'elle trouve magnifiques et qu'elle accroche dans la classe, et il nous reste même du temps pour apprendre l'alphabet et des mots nouveaux. Tu sais ce que ça veut dire « pédoncule » ? Eh bien moi, c'est Joséphine qui me l'a appris. Ça t'en bouche un coin comme dirait mon voisin, lui qui n’est pourtant pas des plus drôles.

Alors lui mon voisin, Monsieur Duracuir, rien à voir avec Joséphine. Il n'a jamais un cheveu qui dépasse et il trouve toujours qu'on fait trop de bruit. Il est à la retraite et il fait chaque jour la même chose à la même heure. À 7 heures, il sonne le clairon. Il dit que c'est une vieille habitude de l'armée et que ça devrait exister dans toutes les familles. Il ne fait jamais la grasse matinée, mais maintenant, il ne souffle plus dans son instrument le week-end parce qu'on lui a dit que ça nous dérangeait. Il n'a pas très bien compris, mais il a accepté de faire un effort. Avec Paulo, des fois, on sonne à sa porte et on se cache dans l'escalier. Enfin, de moins en moins parce qu'on s'est fait repérer. Ça le fait enrager et ça ne plait pas non plus à Papa et Maman...

Reste Monsieur Kakouk, mon ami imaginaire. J'ai inventé qu'il a une femme et deux enfants. Et curieusement, alors qu'ils habitent à la montagne, je les vois depuis le salon le soir, moi qui habite en ville. Il y a 4 petites lumières qui s'allument au loin à la nuit venue et c'est eux, c'est sûr. Souvent, je reste longtemps derrière la fenêtre et Monsieur Kakouk me parle. Il me raconte des histoires qui se passent aux quatre coins du monde. Grâce à lui, je voyage sans bouger de la maison. Et surtout, il m'embarque dans des missions incroyables, que je te ferai découvrir. Papa et Maman ne savent rien de cette amitié. Je leur raconterai peut-être un jour, mais pour le moment c'est mon jardin secret.

Je ne suis pas très vieux, mais j'ai déjà vécu plein d'expériences. Alors maintenant que tu connais bien mon univers, je t'invite à partager tous les petits problèmes ou les plus gros soucis que j'ai pu rencontrer à travers une série d'histoires : les péripéties d'Éliot. Et s'il t'arrive la même chose, tu pourras lire comment ça s'est passé pour moi pour t'aider à comprendre et à surmonter ce qui se passe. Tu peux choisir les sujets qui t'intéressent pour les lire avec l'aide d'un grand. Et vous pourrez encore en discuter ensemble après, parce que ton histoire personnelle est forcément un peu différente de la mienne. Tu n'as ni la même famille, ni les mêmes amis, ni le même caractère que moi. Et tu habites peut-être aussi très loin de chez moi. Malgré tout, nos histoires ont beaucoup de points communs et on se sent moins seul en les partageant.

Toutes ces histoires peuvent t'aider à grandir en t'accompagnant dans des périodes difficiles de ta vie, mais tout aussi importantes sont les histoires qui te font rêver.

Les enfants adorent les histoires, parce qu'ils y retrouvent ce qu'ils vivent dans leur vraie vie, mais aussi parce qu'elles les transportent dans un monde imaginaire. Alors, je te propose aussi de découvrir les aventures de Monsieur Kakouk, une série d'histoires qu'on ne trouve que dans les livres ou au cinéma, et maintenant sur Internet... Alors, prêt pour de nouvelles aventures ?

Enfants / Des histoires pour grandir / L'univers d'Éliot – Read and Fly © Lecture d'histoires et contes pour enfants. Livres jeunesse sur les angoisses, les souffrances et les questions des enfants aux stades de leur développement.

TEXTES Fany Sarenzo - histoires pour enfants - read and fly

ILLUSTRATIONS PONPON - histoires pour enfants - read and fly